Globedia.com

×
×

Error de autenticación

Ha habido un problema a la hora de conectarse a la red social. Por favor intentalo de nuevo

Si el problema persiste, nos lo puedes decir AQUÍ

×
cross

Suscribete para recibir las noticias más relevantes

×
Recibir alertas

¿Quieres recibir una notificación por email cada vez que Javierfloresletelier escriba una noticia?

La poésie de K.O. Theory

03/09/2014 22:50 0 Comentarios Lectura: ( palabras)

AMERICAN HEROS

Cette journée, à vrai dire, je la sentais pas du tout .

Rarement été d'aussi mauvaise humeur .

Déjà, ma grille de mots fléchés ... toute raturée .

" Orale " en 7 lettres, j'avais mis " suceuse " et pas " verbale " ...

Mon frigo était vide, comprenez plein sauf la bière .

Je venais de me casser un doigt et ça me lançait .

Quelle connerie les os !

Et surtout, ma femme venait de me quitter .

Elle en voyait un autre .

J'avais beau me dire que c'était pas grave,

qu'elle ressemblait pas à Denise Richards,

j'étais un peu perdu .

Ou si vous préférez, déboussolé, en 10 lettres .

Cette journée, je la sentais vraiment pas, non .

Rarement été aussi susceptible .

Au volant, c'était pire encore, surtout depuis que ce connard collait

le cul de ma Camaro SS .

Depuis la jonction de Riverspring pour être plus précis .

Au premier feu, je suis descendu le voir ce connard .

Je lui ai demandé comment il allait, s'il était bien .

Des fois que bientôt, ça aille un peu moins .

J'étais calme encore, vu le contexte ... juste mon doigt qui me

lançait tellement je serrais le poing, juste l'envie de le crever le type .

Le feu était passé au vert mais personne n'avait klaxonné .

J'ai redémarré .

Et ce connard m'a recollé !

Dans ma vie d'homme, il y a des moments où la diplomatie,

l'élégance ou la courtoisie m'emmerdent ...

Dans ma vie d'homme, il y a des moments de pure symphonie bestiale,

où je joue la partition que la rage me dicte . Et croyez-moi, je suis bon

musicien ...

Et tant pis s'il avait sa gueule en sang, tant pis si son klaxon était coincé,

tant pis si ça rameutait les flics !

Je remontais dans ma bagnole .

Mon doigt me lançait .

J'avais des courses à faire ...

Putain, ma femme venait de me quitter ... Ces mecs ne respectent rien !

Parce que quand même, j'ai ma fierté .

Je me suis garé au Wal?Mart comme aux portes de l'enfer .

J'ai jamais aimé faire les courses, c'est ma femme qui s'en occupait,

sûrement après s'être fait sautée par l'autre .

J'étais plus à l'aise dans le dédale des rues de Kandahar,

mon AK-47 en bandoulière,

que dans ces foutus rayons à la lumière blafarde .

Je poussais mon caddie .

Mon doigt me lançait .

Je m'étais calmé ...

Un peu .

Trop peu, tiens ... J'avais l'impression que tout le monde me dévisageait,

j'avais une sale gueule c'est vrai, ils n'ont jamais vu un cocu ou

quoi, ces connards de bigots ?

J'avais l'impression d'avoir oublié quelque chose ...

Il faut que je me calme encore ...

Déjà 10 minutes de queue .

Putain, je suis sûr d'avoir oublié quelque chose !

15 minutes

Ca y est, c'est à moi ...

? Bonjour Mademoiselle ( j'ai juste envie de te démonter ta petite gueule ... )

Je sors de ce foutu cloaque capitaliste .

Je roule lentement, pas trop envie de rentrer .

Je rentre quand même .

Je me fais mal en ouvrant la porte . Mon doigt .

J'avais acheté des sacs, une brosse et de la javel, fallait bien faire le ménage .

J'avais oublié les bières !!

Putain de journée ... Rien pour me rafraîchir ... Rien pour me vider la tête

de ces fichues sirènes qui résonnaient .

J'aurais tué pour une Bud, même une Light .

J'aurais dû le tuer ce connard, il avait dû noter ma plaque ...

J'avais la haine, je me cognais ma tête avec mes mains,

mon doigt me lançait de plus en plus .

Il fallait que j'oublie les bières ! La faute à cette grosse dinde au rayon liquide,

j'ai bifurqué pour pas la démolir, elle bloquait le passage .

Mais j'ai rien oublié d'autre ... J'ai la pelle, la scie ... je vous l'ai dit,

ma femme vient de me quitter .

Tragiquement .

Je me suis pété le doigt avec le recul du fusil d'assaut .

Les sirènes approchent ... Les flics arrivent .

Je vous l'ai dit ... Cette journée, je la sentais pas du tout .

[ Puisque le soleil va bien s'éteindre ]

I

Dali's Bar, Bruxelles .

La première clope que j'allumais depuis deux mois ..

L'odeur d'essence de mon zippo, le grésillement qui s'ensuivait .

Je toussais dès la première bouffée, un peu de sang et de fumée .

Les volutes restaient suspendues dans l'air . Elles m'entouraient de leur ironique bienveillance .

Je passais la soirée avec Justerini et Brooks, JB pour les intimes, et quelques glaçons .

Le bar en lui-même n'avait que peu d'intérêt, hormis la brune sise à côté .

Elle avait de jolies lèvres d'où sans doute sortaient de jolis mots .

Et aussi de jolies jambes qui devaient faire de jolies phrases .

C'est elle qui m'a regardé la première . Elle a dû remarquer mon air aérien .

Comme un avion qui s'écrase .

J'ai dû l'attendrir . Elle m'a rejoint dès mon premier sourire .

Elle était Wallonne .

Heureusement .. je n'ai jamais rien compris au(x) Flamand(s), si ce n'est, comme disait mon père, qu'ils ne parlent Français que quand tu donnes ..

On a discuté, de tout et de rien comme on dit . Elle habitait juste à côté .

Et puis elle s'est levée . Pile à minuit .

Et puisque le soleil va bien s'éteindre, je l'ai suivie .

II

Ma tête tournait et l'escalier était glissant .. mais j'aurais gravi l'Everest quand elle est passée devant .

Mes yeux endoloris ne quittaient plus ses hanches qui ondulaient .

Sa jupe fendue, comme au cutter, me lacérait le coeur

Sa piaule était miteuse, un lit au milieu et juste une table à côté .

Avec un cendrier .

La deuxième clope que j'allumais depuis deux mois ..

J'ai tenu jusqu'au mégot avant de tousser, un peu de sang et de fumée .

Elle s'est déshabillée comme si c'était ce qu'elle faisait de mieux, s'est alanguie, un peu cambrée, sur la couette intimidée .

Et m'incitant à la rejoindre, elle m'a souri .

Et puisque le soleil va bien s'éteindre, je me suis dénudé aussi .

III

Que s'est-il passé ensuite ? Je l'ai baisée, c'est sûr ..

Je l'ai peut-être fait jouir .

Mais l'alcool et les médocs se moquent bien de mes souvenirs .

Je sais que la fille est partie assez vite, le temps de se rhabiller .

Moi, le temps de reprendre mon souffle, je n'ai pas pu la rattraper ...

Un skin en bomber s'est mis entre nous deux .

Il était nerveux .

Il voulait 300 euros . Le prix de ma naïveté .

La croix gammée tatouée sous son oeil était sûrement là pour m'intimider .

Il m'a pris par la nuque, l'air mauvais, un tic belliqueux à la narine .

? J'espère que t'as de quoi payer, ducon !

Il avait l'accent flamand .. mon père avait raison ..

D'une main ferme, j'ai enlevé son bras .

Je déteste qu'on me brusque quand j'ai la gueule de bois .

Et puisque le soleil va bien s'éteindre, j'ai fait craquer chacun des os de mes 10 doigts .

En particulier sur son oeil droit .

IV

L'air était meilleur dehors .

J'ai marché un peu, assez loin quand même, jusqu'aux aurores .

Quand l'horizon l'a éclairé, j'ai regardé le sang par-terre que je crachais .

Je suis resté là un temps, au pied d'un arbre mort .

Comme si c'était mon tour ...

Puisque le soleil va bien s'éteindre un jour .

[ Résilience ]

Comme les temps changent .

La soie des doigts qui s'aventurent se perd dans les sillons qu'ils ont creusés, laissant la sensation d'un macramé, les mots soufflés tout bas qu'on n'entend plus s'envolent un peu trop haut, tous ces regards tantôt lancés, tantôt rendus, s'égarent entre les yeux finalement clos, tous ces espoirs entre deux drames, tantôt fleuris tant qu'on versait des larmes, tantôt fanés la source tarie .

Et maintenant, il y a tant d'eau qui s'évapore ... jusqu'à noyer nos âmes et assécher nos corps .

[ANNIE]

Annie est belle .

Mais mauvais genre .

Elle a du plomb dans l'Elle .

Ses cheveux courent, les mecs ne les attrapent jamais .

Annie s'en fiche, elle plaît surtout aux filles .

Elle a un truc en plus .

Annie sourit, se déshabille .

Son corps comme un lapsus .

Annie se couche .

Ses seins bandés, les mecs ne les regardent jamais .

Annie s'en fiche, elle plaît surtout aux filles .

Annie se touche .

S'amuse du vide .

Annie s'invente une vie où les miroirs ne mentent pas .

Annie s'invente une vie où les regards sont translucides .

Annie gémit . Elle jouit tout bas .

De peur de déranger encore .

Et parce que les rêves ne trompent pas, Annie soupire et puis s'endort .


Sobre esta noticia

Autor:
Javierfloresletelier (196 noticias)
Fuente:
revistalairademorfeo.net
Visitas:
1127
Tipo:
Reportaje
Licencia:
Distribución gratuita
¿Problemas con esta noticia?
×
Denunciar esta noticia por

Denunciar

Etiquetas

Comentarios

Aún no hay comentarios en esta noticia.